Vous avez commencé votre roman et une question vous taraude : Palsambleu, mais quelle doit être la taille d’un chapitre ? Doivent-ils tous faire la même taille ? Et si je veux en faire un plus court ? Et comment les nommer ? Avec des numéros ? Des titres ? Voici quelques éléments de réponse…

taille d'un chapitre, les masterclass de Roxane Dambre

Mais au fait, pourquoi des chapitres ?

Aujourd’hui, il est tellement ancré dans nos habitudes d’avoir un roman découpé en chapitres que nous ne nous posons pas la question de savoir d’où vient cette pratique.

Pour comprendre pourquoi cette norme existe, on va remonter un peu (beaucoup) le temps, aux origines du théâtre, dans la Grèce antique.

En ce temps-là, l’électricité n’existait pas, les scènes étaient éclairées à la bougie. Et on ne pouvait pas se permettre d’aller changer une bougie au milieu d’une scène, ça aurait fait désordre (vous imaginez un type traverser la scène en essayant d’être discret avec sa bougie de secours, pendant qu’Antigone se suicide dans un chœur de lamentations ? Pas top, non ?).

Pour une utilisation optimale (et pour ne pas gâcher l’intensité dramatique), les actes duraient très exactement le temps de consumation d’une bougie, d’où l’aspect très calibré des actes des pièces de théâtre classique. Cette norme de découpage est restée dans les œuvres littéraires, y compris dans les romans lorsque ceux-ci se sont démocratisés, beaucoup, beaucoup plus tard.

Et maintenant ?

Que ce soit pour le théâtre ou les romans, la problématique de la bougie n’existe plus. Néanmoins, le découpage en actes/scènes/chapitres présente bien des avantages. Pour le théâtre, cela permet de changer de décor ou de costumes, les comédiens soufflent un instant, le public peut faire une pause-pipi…

Et pour les romans, les chapitres sont aussi un moyen de marquer une pause. Changement de scène, de lieu, de personnages, voire de point de vue, ils permettent aussi de faire un bond dans la narration sans avoir besoin d’écrire en toutes lettres « 5h plus tard, pendant lesquelles il ne s’est rien passé ».

Et du point de vue des lecteurs…

Les chapitres sont indispensables ! C’est là que les lecteurs font une pause pour aller manger, dormir, passer du temps avec leur famille ou tout autre chose indispensable à une vie normale (si si). Qui n’a jamais entendu « je finis mon chapitre et j’arrive » ?

Les chapitres sont également une source d’insomnie fréquente. C’est le fameux « encore un chapitre et je me couche ». Un grand classique qui ne pourrait pas exister si nous, les auteurs, ne découpions pas nos récits de façon malicieuse et subtile ! 😉

Alors quelle taille doit faire un chapitre ?

Comme je le disais plus haut, aujourd’hui, nous n’avons plus la problématique des bougies. Par conséquent, le calibrage est beaucoup plus libre, la taille d’un chapitre n’est plus du tout critique. Vous aimez faire des gros chapitres ? Faites des gros chapitres. Vous préférez les chapitres hyper courts ? Foncez.

« Mais puisque je te dis que ce n’est pas la taille qui compte ! »

Nous avons cette chance de ne plus être limités par la technique, profitons-en… pour faire de ce découpage un atout majeur de notre histoire !

En effet, les chapitres contiennent un certain nombre d’événements (de 1 à… plein). Le saut de chapitre peut laisser haletant, rêveur, hilare, ému… Choisissez soigneusement votre découpage. Chapitre court, chapitre long, utilisez la forme pour servir le fond et couper au bon endroit.

Rappelez-vous toujours : c’est la forme qui sert le fond. Pas le contraire. Et c’est ça qui va vous permettre de savoir quelle taille doit faire votre chapitre.

Des chapitres tous de la même taille ?

De nos jours, il n’y a plus aucune raison de faire des chapitres parfaitement homogènes, calibrés à X mots ou Y pages. Et cette liberté nous permet à nouveau de servir le fond.

Concrètement, si vous avez besoin d’un chapitre qui fait le double du précédent, parce que le découper en 2 couperait l’action, alors c’est OK pour un chapitre qui fait le double du précédent. Et cela peut aller encore plus loin. Il existe des romans où l’on se trouve du point de vue du héros avec des chapitres d’une dizaine de pages, entrecoupés de chapitres d’une seule page du point de vue de son antagoniste. Cela peut rendre de façon fabuleuse et donner un rythme inattendu très appréciable.

Un roman n’est pas composé que de mots et d’actions. Le découpage est aussi un ressort narratif puissant. Servez-vous-en. 😉

Et les gens ? Qu’aiment-ils ?

Tout comme certains aiment le polar tandis que d’autres préfèrent les romans historiques, certains aiment les chapitres longs, d’autres préfèrent les chapitres courts. Mais la majorité s’en fiche. Ou plus exactement, la majorité ne le remarquera pas. Car autant on a l’habitude d’observer à la loupe le style et l’enchaînement des actions, autant personne n’étudie le découpage du texte.

C’est une partie des coulisses des auteurs, des ficelles que nous tirons sans que personne ne s’en rende compte. Les gens seront sensibles au rythme qu’imposent les chapitres, mais sans forcément identifier d’où leur vient cette sensation.

C’est notre botte secrète. Ne la livrez à personne. 😉

Comment nommer un chapitre ?

Plusieurs écoles existent. Numéros des chapitres seuls pour certains, titres pour d’autres, nom du lieu et date pour les troisièmes, tout est possible !

C’est un endroit où on peut faire preuve de créativité… ou non. Tout est admis, tout est bienvenu. La seule chose interdite est de spoiler le contenu du chapitre dans son titre (sauf si c’est totalement assumé, bien sûr).

En cas de blocage…

Si vous choisissez de donner un titre mais que vous n’êtes pas inspiré, réfléchissez à ce qui se passe dans le chapitre, tirez-en des mots-clés, des lieux, des personnages, et laissez parler votre imagination. Détail précis ou décor flou, toutes les portes sont ouvertes.

Et si vraiment, rien ne vient, écrivez tranquillement votre chapitre, voire les suivants, et revenez-y après. Parfois, ce sont les titres des chapitres suivants qui inspirent pour celui qui manque !

Conclusion

Nous n’avons plus besoin de nous brider à essayer de faire un roman aux chapitres calibrés, si le fond ne s’y prête pas. Servez-vous du découpage en chapitres comme d’un outil à part entière pour rendre votre roman palpitant.

Vous êtes prêt ?

À vous de jouer !

Et pour poursuivre la discussion…

Vous aussi, vous écrivez ? On se retrouve sur Facebook dans :

Les Masterclass de Roxane Dambre, taille d'un chapitre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *